LEVEL_26_T2_BANDEAU_OmK_1288259360Les semaines ont passé, les chroniques se sont temporairement arrêtées, mais j'ai pu reprendre récemment mon rythme habituel de lecture. Parmi ceux qui patientaient tranquillement, ce volume que j'avais presque oublié - et pour cause : j'avais cordialement détesté le premier opus, évoqué sur ce même espace, mais, allez savoir pourquoi, j'étais néanmoins curieuse ; aussi ai-je accepté l'aimable proposition des éditions Michel Lafon de lire le second volume et d'en faire ici même un rapide compte-rendu. Je les en remercie et m'excuse du retard involontaire pris pour m'acquitter de cet engagement...

Je dois avouer que j'ai passé un moment tout à fait correct de lecture-sans-réfléchir-à-rien, sans réel enthousiasme (les miracles ne se produisent pas comme cela) mais sans réel ennui non plus. On retrouve notre héros tristounet et à la limite de la parano aiguë, mais on le comprend, après les atroces atrocités qu'il a dû subir dans le tome précédent, et le voici cette fois confronté à un nouveau tueur qui accomplit ses crimes en fonction de cartes de tarot. Bon, why not. Et puis tout se déroule linéairement jusqu'à la fin, où ça y est on découvre qui est vraiment le tueur.

Je n'ai, à vrai dire, pas bien saisi où se situait exactement l'intérêt de ce second volume, sans réel lien avec le premier sauf par de rares allusions, mais c'est un scénario honnête et bien moins ridicule que le premier. Il séduira sans doute les lecteurs pour lesquels il est conçu. A la fin de chaque chapitre, on peut toujours aller visualiser une séquence à l'aide d'un mot de passe - je m'en suis toutefois dispensée car il n'est pas fort aisé de se connecter quand on lit dans son bain.

Je ne sais pas trop quoi dire d'autre - si quelqu'un trouve, qu'il me fasse signe.