5bkg5h0gVoilà un ambitieux pari que celui de cette romancière américaine : s'attaquer (si l'on peut dire) à l'histoire mythique de Roméo et Juliette, la prendre pour fondement d'un récit contemporain sur fond d'intrigue policière, n'est pas sans risques. Mais en même temps c'est l'assurance d'aisément attirer un lectorat, que j'imagine de préférence bien féminin, car il y sera nécessairement question d'amour, de séparation, de déchirement et de mort.

De fait me voici assez surprise et embarquée par le début du roman, qui met en scène la jeune Julie Jacobs, dans une histoire d'héritage et de mystère qui n'est pas sans attraits. Le récit est bien construit, l'intrigue se noue aisément, les rebondissements sont bien calculés, le tout tient la route et peut soutenir l'intérêt pour peu que l'on ne soit pas trop en demande de subtilité. Malheureusement, l'on n'échappe pas aux clichés en tous genres qui se glissent immanquablement sous la plume de l'auteur : les jumelles sont caricaturales, autant dans leurs oppositions que dans leur réconciliation, certaines scènes frisent le ridicule sous prétexte de spontanéité et de dynamisme et il n'est pas difficile de prévoir la trajectoire globale du roman à partir de son premier tiers. On n'échappe pas non plus au Deux ex machina moderne, et au happy end de convention, mais il faut bien conclure. Je ne sais si c'est le fait de la traduction, et pour tout dire, je le crois, mais cette narration à la première personne par une jeune fille embarquée dans un tourbillon d'événements a sensiblement irrité mon oreille de lectrice, et l'impression de pépiement permanent de la voix narratrice a souvent endommagé le plaisir que j'ai toutefois pris, à suivre les étapes de cette intrigue très romanesque, presque rocambolesque.

Et c'est d'ailleurs dans les moments où cette voix enfin se tait, où l'on replonge dans l'histoire médiévale et documentée de l'histoire ayant inspiré le mythe, que le plaisir se fait réellement sentir, que l'écriture se fait moins contrainte, plus inspirée, plus souple. J'attendais ces passages avec impatience, et les regrettais aussitôt qu'il fallait revenir à l'intrigue première. Je me prends à rêver au roman qui aurait pu en être la simple réécriture romanesque, sans s'embarrasser de la nécessité d'actualiser, et je me dis que somme toute cela aurait pu suffire.

Merci à BOB et aux éditions Michel Lafon pour cet envoi et cette lecture sympathique.

Un petit lien si vous voulez en savoir plus sur l'auteur.