9782253121220_GC'est à vrai dire le nom de Stephen King qui avait retenu mon attention lors de ce nouveau partenariat proposé par Blog-o-Book et les éditions Le Livre de Poche. Car le résumé de l'histoire, "Solitaire, obèse, alcoolique, dépressif, Smithy Ide se retrouve orphelin à quarante-trois ans. Sa vie aurait pu s’arrêter là. C’est là qu’elle va commencer. Il enfourche sa vieille bicyclette et, de New York à Los Angeles, il se met à pédaler, pédaler, pédaler…", ne m'attirait pas du tout. Mais le côté atypique du roman, l'engouement de S. King pour l'ouvrage, m'avaient décidée à postuler malgré tout ; et bien m'en a pris, car je serais passée sans nul doute à côté d'une lecture émouvante, insolite, à laquelle je ne cesse depuis son achèvement de penser régulièrement.

Il n'est pas forcément aisé de rentrer dans l'ouvrage ; la voix narrative prend la parole comme avec précaution, par tâtonnements, comme si elle ne savait pas trop comment commencer, et l'on ne sait trop où tout cela exactement va nous mener. D'emblée l'h istoire prend une tournure tragique, quand le narrateur perd simultanément ses deux parents dans un accident de voiture ; mais c'est paradoxalement à ce moment-là que le ton de la narration commence vraiment à se mettre en place : ni pathétique, ni larmoyante, au contraire avec une certaine distance teintée d'un humour qui n'a rien de noir ; et l'on comprend à cet instant que rien dans cette histoire ne sera vraiment ordinaire, sans pour autant quitter la sphère de la vie quotidienne, et c'est à la fois amusé et ému que l'on découvre, petit à petit, dans un récit qui oscille habilement entre les événements du présent et la reconstitution progressive du passé, une personnalité qui se dessine, s'affirme, et à laquelle on ne peut que définitivement s'attacher.

Smithy Ide détonne : par son nom, par son aspect, mais surtout par l'appréhension particulière qu'il a du monde et des gens qui l'entourent ; par sa famille, sa soeur surtout, cette Bethany annoncée dès les premières lignes comme disparue, et qui ne cesse de hanter les pages, de hanter le narrateur par son souvenir, mais aussi par cet amour fraternel que l'on devine profond, intense, et cette quête de la disparue devient progressivement quête de soi, reconquête de soi, découverte de la douceur et du bonheur qu'il est possible de trouver à sa porte, peut-être de l'autre côté de la rue, mais qu'il faut aller chercher, pour Smithy, au bout de centaines de kilomètres et de ses souvenirs. Et l'on aime ce personnage entier, cette façon simple qu'il a d'évoquer cette histoire familiale qu'il aurait été si tentant de rendre pitoyable, et qui reste toujours pudique, ces personnages curieux qu'il croise sur son parcours, dépeints en quelques pages avec simplicité et qui s'intègrent malgré leur radicale différence à la vie du narrateur, comme autant de jalons posés avant les retrouvailles ultimes - d'abord avec Bethany, puis avec une forme de bonheur.

A la manière d'un road-movie - et de fait, j'ai souvent songé à Une Histoire vraie de D. Lynch avec ce personnage atypique, juché sur une monture insolite, et ses rencontres à la fois amusantes et étonnantes - l'auteur nous conduit d'un bout à l'autre d'un récit qui ne peut laisser indifférent. Et comme bien souvent après une lecture qui nous parle, touche quelque chose en nous que peut-être nous ne soupçonnions pas, demeure comme une impression de manque, l'impression d'y avoir laissé, une fois le livre refermé, quelque chose de nous-même, mais que nous savons pouvoir retrouver, à travers ces pages si particulières.

Merci encore à BOB et à l'éditeur partenaire pour cette très belle découverte.